El watan.com: La population en a ras-le-bol du régime Ben Ali

Publié le par Stade7 Tunisie

A la une Actualité
 

Les émeutes se poursuivent en Tunisie

La population en a ras-le-bol du régime Ben Ali

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.12.10 | 03h00 

 

Tunisie-Sidi-Bouzid.jpg

 

Aucun peuple ne peut accepter le règne de maquignons et de malfrats. Face à un Etat policier, la population n’a comme alternative que la révolte et l’explosion. C’est ce qui se passe aujourd’hui en Tunisie.»

C’est là l’avis des avocats, écrivains et journalistes tunisiens qui ont, de tout temps, dénoncé la politique prônée par le président Ben Ali. D’aucuns pensent que les prémices d’une révolte étaient visibles dans ce pays assoiffé de liberté d’expression et où la corruption gangrène toutes les institutions étatiques. Nombreux sont les  Tunisiens, notamment ceux de Sidi Bouzid, qui vivent un grand malaise social et économique. Si par le passé, les citoyens occupaient, difficilement, la rue pour exprimer leur ras-le bol, en 2010 ils tentent de s’immoler pour attirer l’attention des dirigeants. «Hormis l’immolation par le feu, les Tunisiens n’ont pas d’autre arme pour exprimer leur désarroi. Hier encore, dans une région située à 30 km de Sidi Bouzid, un autre jeune homme de 20 ans s’est immolé par le feu. C’est le désespoir qui pousse les gens au suicide», nous a révélé Radiah Nasraoui, avocate et militante des droits de l’homme.


Faut-il rappeler qu’à l’origine des émeutes qui se sont déclenchées le 17 décembre, la tentative de suicide de  Mohammed Bouazizi, un diplômé de 26 ans, vendeur ambulant de fruits et légumes, qui s’est fait confisquer sa marchandise par la police municipale car n’ayant pas d’autorisation pour l’exercice de cette activité. Le jeune homme, ne pouvant contenir sa colère, avait décidé de s’asperger d’essence pour s’immoler par le feu. Cet incident dramatique avait suscité un vif émoi parmi la population, qui est alors sortie dans la rue.
Pour Toufik Ben Brik, journaliste et écrivain, la population s’est révoltée pour la liberté et non pas pour le pain. «Nous vivons dans un immense camp de concentration ; la révolte et l’insurrection demeurent l’unique solution pour s’opposer au régime en place. Ben Ali a muselé les Tunisiens ; il a coupé leur langue. Aujourd’hui, ces opprimés se sont révoltés. Il s’agit d’une révolution et non d’émeutes», dit un avocat, qui souligne que le peuple tunisien veut être «libre». Il revendique la justice sociale, la démocratie, la liberté d’expression... Il ne veut plus d’un régime qui écrase toute voix de contestation.


Mais à ces cris de détresse, le régime tunisien réagit par la répression en sortant toute la panoplie du ministère de la Sécurité, comme il a fait appel à l’armée pour barricader toute les villes où il y a risque d’explosion. «Sidi Bouzid est aujourd’hui ville interdite. Aucun journaliste, ni étranger ne peuvent entrer dans cette région», note notre interlocuteur qui estime qu’il y a, certes, une prise de conscience chez le peuple tunisien, mais il ne peut rien faire contre un régime armé jusqu’aux dents  et soutenu dans sa politique par l’Europe et les pays voisins.
Les opposants au régime tunisien font remarquer que Sidi Bouzid est le gouvernorat  le plus pauvre de Tunisie, alors qu’il est le fief des grandes tribunes : «Les habitants de Sidi Bouzid sont qualifiés de damnés de la terre. Ils se sont révoltés car ils ne veulent vivre dignement, comme des êtres humains qui se respectent», relève Radiah Nasraoui, qui revient sur les revendications sociales et politiques des manifestants : «Les jeunes demandent  le droit au travail, dans certaines régions. Ils revendiquent le départ de Ben Ali et son épouse. Ils exigent le respect des libertés. En somme, c’est là l’échec de la politique du régime.»


M. Cherbib, vice-président du comité de soutien à la population de Sidi Bouzid, note que la révolte de ces habitants est la constance de la  fermeture totale, de l’absence de liberté d’expression ; c’est le mal qui ronge les sociétés maghrébines. «Après cinq ou six ans d’études, les diplômés se retrouvent sans aucune perspective d’emploi, au chômage alors qu’on parle dans les sondages d’embellie économique tunisienne. De cette façon, on pousse non seulement les jeunes à la révolte, mais carrément au suicide», observe M. Cherbib.

Nabila Amir

http://www.elwatan.com/actualite/la-population-en-a-ras-le-bol-du-regime-ben-ali-29-12-2010-104964_109.php

Publié dans Tunisie Sidi bouzid

Commenter cet article